2ème journée de National Vendredi 10 août 2007 à 20h00 – 2500 spectateurs – Arbitre : M.HUSSET

Pau Football Club Pau FC

5-0

5 0

CalaisCalais

Le fil du match

Les compos

  • Le onze adverse

Déjà l'état d'urgence
: Bernard Gaye 

Alors que le premier match contre Cannes laissait entrevoir de belles promesses, malgré la courte défaite (1-0), le Pau FC est passé complètement à côté du sujet, à Calais, vendredi soir, où il subit une véritable déroute, encaissant cinq buts sans même sauver l'honneur (lire notre édition de samedi).
Désemparé, l'entraîneur palois Jean-Luc Girard déclarait après la rencontre : « Une soirée terrible où rien n'a marché. On n'a pas été présent. Au niveau athlétique, on n'a pas gagné les duels. Calais a joué avec son tempérament, sans excès. J'avais prévenu les joueurs, mais on n'a pas eu le répondant nécessaire. C'était portes ouvertes. Défensivement, on n'a pas été à la hauteur. »
Pourtant, s'il est un domaine où le Pau FC devait être mieux armé, cette saison, c'est bien le domaine défensif. Pour qu'il vole en éclats, de cette manière, au premier vent du nord, il doit bien y avoir quelques raisons. Collectivement, le système n'avait pas changé. De plus, il devait se renforcer par une plus grande prudence, pour mieux tenir le choc, à l'extérieur.
Alors, c'est plutôt du côté des individualités qu'il faut chercher la cause des tourments béarnais : « Il est impossible de tenir un match quand on se fait déborder de la sorte », déplorait le président Joël Lopez. Le gaucher Kerkar a fait très mal et l'attaquant Millien en a mis trois : « Trop d'erreurs individuelles et trop grosses de notre part, ont rendu Calais euphorique, alors que leur équipe ne paraissait pas très sereine, en début de partie, » ajoute le président béarnais.

Tous les clignotants passent au rouge après seulement deux journées de championnat.

Le Pau FC a craqué. Tous les clignotants passent au rouge, après seulement deux journées de championnat. Le voilà dernier, avec la plus mauvaise défense, déjà six buts encaissés, mais également sans efficacité, le compteur des attaquants étant toujours bloqué à zéro.

Double peine. Que peut-il se passer, maintenant ? Il y a déjà urgence. Une réaction s'impose, dès samedi prochain, au stade du Hameau (19 heures) contre le Paris FC si le club doyen du National ne veut pas s'enfoncer davantage.
Sur qui peut-il compter, en défense, pour apporter un souffle nouveau ? Le retour dans le groupe de Dieudonné Bikoyoi peut s'envisager. Arrivé en retard à la reprise de l'entraînement, début juillet, suspendu pour le premier match, il a purgé une sanction interne pour le deuxième, laissé à la maison, par Jean-Luc Girard, pour ce déplacement à Calais.
Une sorte de double peine qui a pénalisé aussi l'équipe, se privant d'un jouer polyvalent en défense, lequel peut jouer aussi bien sur le côté droit que dans l'axe. En l'absence de Julien Labat, blessé à la cuisse, il pourrait être d'un bon recours.
Le défenseur Raul Sanchez Guillen peut apporter aussi une solution dans l'axe, mais il n'est toujours pas qualifié et nul ne sait si sa situation va se débloquer cette semaine. Le président du club quitté (Murcia) s'oppose toujours au transfert du joueur espagnol, prétextant que celui-ci doit une deuxième année de contrat et il ne veut pas le lâcher. S'agit-il d'une épreuve de force de la part du joueur ou son dossier est-il en béton ? Un avocat espagnol est sur l'affaire et le Pau FC en saura davantage dans les prochains jours.
Il faudra de toute façon trouver des solutions pour effacer cet échec qui fragilise davantage le club, dans son championnat et dans son environnement local : « La claque est énorme, espérons qu'elle sera salutaire, » a conclu le président Joël Lopez. Il le saura, samedi soir contre les Parisiens.
(Source:  www.sudouest.com)
 

Réactions

Jean-Luc GIRARD : "C'est une catastrophe. Je ne comprends pas ce que j'ai vu ce soir. Autant on avait montré des choses encourageantes face à Cannes, autant là...rien ! le néant total, du début jusqu'à la fin. Pourtant, Calais n'a pas attaqué le match pied au plancher mais on n'a pas été capable de gagner un seul duel. On se regarde, on se fait des politesses et on ne joue pas. Défensivement, j'avoue que notre prestation n'est absolument pas digne du niveau du National."